cp

C’était le bon vieux temps dans nos campagnes et nos montagnes ! Cette affirmation qui avec les années semble avoir disparu totalement ou presque, a fait hérisser le poil à Jacques Mallouet dans son livre "Auvergne de nos racines" dans lequel il écrit : « Cette expression a le don de m’agacer extrêmement »

 BuronBuron

Grand connaisseur de «l’Auvergne haute» où il a vécu, en particulier dans le Cantal, il décrit avec beaucoup de précision la vie peu enviable de «l’homo arvernensis» à la fin du 19ème siècle et au début du 20e siècle.

Il démontre que les clichés qui font le bon vieux temps ont été purement inventés par les nantis.

 FenaisonFenaison

Les conditions de vie sont terribles dans les campagnes cantaliennes et plus particulièrement dans les zones de montagne où les hivers sont très longs et froids et où les loups attaquent les animaux mais aussi les hommes. Les habitants de la commune  de Malbo étaient appelés les Cassalouts (chasseurs de loups.)

     Il faut se contenter de très peu pour vivre.

     C’est presque un luxe que de manger à sa faim : soupe au pain noir, lard, un peu de volaille…

     Les conditions d’hygiène sont déplorables. Le confort n’existe pas.

     Le puits est la seule source d’alimentation en eau.

     La mortalité infantile est très forte chez les miséreux.

     Dès l’âge de 8 ans, les jeunes sont employés comme bergers.

Passage de la hersePassage de la herse

    Tout le travail se fait à la main, les machines n’existent pas.

     Le vieillissement est prématuré.

     La mendicité est courante chez les vieux.

     Pour affronter le froid hivernal, dans certaines fermes il n’y a qu’une séparation en planches entre les animaux et la pièce principale, cela présente un intérêt en hiver car la chaleur animale passe entre les planches, mais bien des nuisances en été avec les odeurs.

     Dans la pièce principale, le cantou apporte un confort apprécié pendant la longue période hivernale. C’est un lieu convivial où l’on ne reste pas inactif, les femmes tricotent, les hommes fabriquent des paniers et on joue aux cartes.

     C’est enfin un peu de bon temps !