cp

  • 1

Dernier résultat

Dimanche 12 Juin 2022 à 16 heures 15 à Clermont

Stade Aurillacois 37 - Stade Toulousain 26

Champion de France

Aurillac champion de France

Toulose Aurillac Finale

Finale du Championnat de France "Reichel-Espoirs Elite"

Le dimanche 12 Juin 2022 Finale du championnat de France
Elle se déroulera, finalement, à Clermont à 16 heures 15

Le Président Christian Millette vient de donner une conférence de presse regrettant, au passage, la polémique née de la désignation, initiale, du lieu de cette rencontre sur le terrain de Nimes. Il tient à s'excuser auprès des instances de la FFR qui n'a fait que son travail dit-il. Il tient à préciser, par ailleurs, que le Stade Aurillacois entretien de bonnes relations avec l'organisme de tutelle. Il remercie également le Stade Toulousain qui, à son tour, n'est pas avantagé au niveau de la distance. Ce dernier à néanmoins obtenu l'autorisation de voir deux de ses équipes disputer leurs finales sur le même site. En effet, en lever de rideau, les "Crabos" rencontreront leur homologues de Lyon à 14h.

Fiche technique :  
Clermont : Stade Marcel Michelin
Spectateurs: 6 000 environ
Arbitre : Monsieur François Bouzac
Mi-temps: 13 à 10 pour Toulouse
Aurillac: 4 essais de Jordan Van Resburg (26e et 74e) Basa Khonelidze (56e et 60e) - 4 transformations et 3 pénalités (16e, 78e, 80e) d' Antoine Aucagne
Toulouse: 2 essais de Théo Ntamack (2e), Shea Malachi Hawkes (49e) - 2 transformations et 4 pénalités (8e, 31e, 53e, 74e) du N° 15 Max Auriac 

Exclusions temporaire: Dylan Maffre ( 10e/20e) pour Aurillac
Exclusion définitive : 

Composition  des équipes 

 Logo aurillac

15. JULES MARGARIT
14. JORDAN VAN RENSBURG 13. JUUN PIETERS - 12. HUGO BASTARD - 11. DACHI PAPUNASHVILI
10 . ANTOINE AUCAGNE - 9. MIKHEIL ALANIA
7. THEO CAMBON (cap) - 8. BEKA SHVANGIRADZE - 6. TIM DE JONG
5. MEHDI SLAMANI - 4. MASA'A TIMOALA
3 . ALEX DOS SANTOS - 2.  RONAN LOUGHNANE - 1. DYLAN MAFFRE

ballon rugby 3

 1.REILHES - 2. BOUBILA - 3. HAWKES
4. Josuha BRENNAN (cap) -  5. VERGE

6 . GEST-FLORY - 8 . Théo NTAMACK -  7. SENTUBERY
9 . Roben MAKA - 10 . RETIERE
11 . BAINIVALU - 12 . COSTES - 13. RIGUET -  14 . DESCAMPS
 15. Marc AURIAC

 Logo Stade Toulousain

Remplaçants à Aurillac: 16. BASA KHONELIDZE > RONAN LOUGHNANE (50e)  - 17. IRACLI MCHELIDZE > DYLAN MAFFRE (41e) - 18. SKIP JONGEJAN > MASA'A TIMOALA (60e) - 19 - ANTOINE MAGNE > - 20. TIM TISSANDIER > MIKHEIL ALANIA (42e) - 21.LOGAN BAYLE > - 22. TONY MAFTEI > JORDAN VAN RENSBURG (75e) - 23. NIKUSHA KARDAVA > ALEX DOS SANTOS (72e)
Remplaçants Toulouse16. RIBEIRO - 17. SEBIRE - 18. PORTAT - 19. LEBARTHE - 20. DANIELLI - 21. COURTIES - 22. LACOINTA  - 23. TRAUTH

Staff technique:
Entraîneurs à Aurillac: Alain BELGUIRAL - Michel FRACHAT - Jean-Marc GOUDAL
Préparateur physique: Arnaud METZGER - Alexis DURAND
Entraîneurs à Toulouse: Vigile LACOMBE - Sam LACOMBE - Jérôme KAINO
Préparateur physique: Pierre CANTAYRE - Anthony DUPUY - Raphaël BLANCO

Cette journée du 12 juin 2022 restera gravée dans la mémoire des "Cantalous". Dés les premières heures de la matinée il fallait voir l'ambiance et l'accueil dans la traversée des villes et villages du Cantal au passage des convois de supporters. Sur les aires de repos, entre Issoire et Clermont, les tables de pique-niques étaient "réquisitionnées" par des cohortes de personnages rouge et bleu brandissants des drapeaux aux mêmes couleurs. Rien que cela laissait penser qu'un évènement exceptionnel allait se dérouler. Ce n'était qu'un hors-d'oeuvre. Sur le coup de 14 heures le "Michelin", habituellement tout acquis aux "Jaunards", était passé au rouge. Si trois clubs étaient concernés, par l'évènement , un seul détenait la majorité des suffrages ( terme à la mode un jour d'élection) il s'agissait, bien évidemment, du Club Cantalien. 
A 16h15 précise, lorsque les artistes pénétrèrent sur la pelouse, la ferveur monta de plusieurs décibels. Les premières minutes semèrent le doute chez les supporters Cantaliens. Leurs protégés étaient menés 10 à 0 alors que l'on jouait depuis 8 minutes, seulement. Quelques minutes plus tard ils voyaient leur équipe amputée d'un élément, suite à un carton jaune infligé à leur pilier gauche. Cette rencontre partait mal pour les Cantaliens. C'était mal connaître l'état d'esprit de ce groupe. Les jeunes Aurillacois mettaient le bleu de chauffe et revenaient au score grâce, d 'abord, à une pénalité d'Antoine Aucagne suivie d'un superbe essai, de l'ailier Jordan Van Rensburg, transformé par le buteur Auvergnat. A dix partout les hommes de Théo Cambon avaient refait leur retard. Les Toulousains rajoutaient trois points pour un score de 13 à 10 à la pause. Si les ex champions de France n'ont pas marqué d'avantage, durant cette période de domination, c'est parce que les Cantaliens ont défendu leur ligne bec et ongles.
La seconde période allait s'avérer très différente. Les Toulousains inscrivaient un deuxième essai, portant le score à 23 à 10, peu avant l'heure de jeu. Les supporters Cantaliens  pouvaient alors craindre le pire, mais pas les acteurs. Les vingt dernières minutes allaient être quasi à sens unique. Les hommes d'Alain Belguiral, Michel Frachat et Jean-Marc Goudal, prenaient l'ascendant dans tous les domaines. Avec des mauls dévastateurs ils mettaient les ex champions de France sur les fesses pour inscrire, coup sur coup, deux nouveaux essais signés Basa Khonelidze, le jeune talonneur remplaçant. Antoine Aucagne, Monsieur cent pour cent, transformait. Pour la première fois, de la partie, les Cantaliens passaient devant au score 24 à 23. La dernière pénalité Toulousaine était presque anecdotique, tant les "Cantalous" maîtrisaient cette fin de rencontre. Quelques minutes plus tard Jordan Van Rensburg réalisait son doublé suite à un superbe service, au pied, de son ouvreur. Ce dernier transformait et ajoutait deux nouvelles pénalités, portant le score final à 37 à 26, laissant les Toulousains groggy. C'est ainsi que les jeunes Cantaliens, du Stade Aurillacois, obtinrent le titre de champion de France "Elite Espoirs" pour la première fois de leur histoire, la plus haute distinction dans la catégorie.
Le "Michelin" explosait de joie. Les supporters envahissaient la pelouse pour aller à la rencontre de leurs idoles et participer, de près, à la remise du bouclier, tant convoité.
On laisse imaginer la suite et le retour vers Aurillac et la nouvelle traversée des villes et villages avec cette fois le bouclier en poche.

GuyBatifoulier

Vu par la presse spécialisée:

Le petit poucet de la division Reichel-Espoirs élite, au milieu des gros bras du "Top 14", le Stade Aurillacois avait déjà réussi l'exploit de se qualifier pour les phases finales. A près avoir fait tomber ASM-Clermont en quart de finale (33 à 30) et USAPerpignan en demie (26 à 25), ils ont fait craquer, en finale, le Stade Toulousain dont ils avaient été le dauphin en phase régulière.
Et si, maintenant, l'exploit était de battre le stade aurillacois !

C'est un authentique exploit qu'a réalisé le Stade Aurillacois, ce dimanche en finale du championnat de France reichel-espoirs élite, sur la pelouse du stade marcel-michelin à Clermont-ferrand). Invités surprise en division élite et plus encore en phase finale, ils se sont imposés face au stade toulousain (37-26) au terme d’une deuxième mi-temps époustouflante. Toulouse, leader de la phase régulière, n’aura pas su contenir la fougue cantalienne et plus encore sa puissance dans l’exercice des groupés-pénétrants.

Dominés en première période, les Aurillacois étaient toutefois réalistes. Un essai en bout de ligne, de Janse Van Rensburg, leur permettait de virer à la pause avec un retard minime au score (13 à 10). Alors que les Toulousains avaient, préalablement, scoré par deux internationaux "U20": le troisième ligne Théo Ntamack (un essai) et l'arrière Max Auriac auteur de deux pénalités et une transformation.

Antoine Aucagne impeccable au pied

En seconde période, Toulouse pensait avoir fait le break un peu avant l’heure de jeu (23-10) grâce à un nouvel essai du pilier Shea Hawkes et cinq nouveaux points de Auriac. Mais comme en demi-finale face à Perpignan, les Aurillacois ont été les auteurs d’une incroyable fin de match.
Morts de faim, ils prenaient soudain l’ascendant sur les premiers impacts. Surtout, les Cantaliens faisaient régner la terreur sur les groupés-pénétrants. Deux d’entre-eux, dévastateurs, finissaient dans l’en-but et permettaient aux Aurillacois de reprendre les devants (24-23). Un dernier essai de Van Rensburg en bout de ligne, à cinq minutes du terme, et deux nouvelles pénalités de l’impeccable Aucagne leur assuraient finalement la victoire (37-26).
Ce premier titre est un authentique exploit pour les Cantaliens, dans cette catégorie. La consécration pour une génération dorée, dont quatorze éléments intégreront le groupe professionnel du Stade aurillacois la saison prochaine.