cp

  • Bandeau langue occitan
  • 1

Patois ?, occitan ? Langue d’oc ? Langue ou pas langue ?

Tous ces mots que l’on entend au sujet de notre(nos) parler(s) local(aux) que représentent-ils ? La réponse est unanime parmi les linguistes ; Nous avons à faire à une langue et même une belle langue… 

Notre « patois » est bien une langue à part entière. Le mot « patois » devrait d’ailleurs être supprimé du langage car ce mot n’existe qu’en français dont le « Larousse donne la définition suivante : »parler rural employé par un groupe relativement restreint et d’usage surtout oral » !

Comment ose-t-on traiter ainsi le parler d’une grande partie du territoire français (33 départements), avec une littérature importante du moyen-âge à nos jours (langue écrite avant le « françois » !) et que l’on entendait (on peut encore l’entendre…) dans des villes comme Marseille ou Toulouse !

Cette langue, contrairement à ce que l’on a pu lire dans la presse il y a quelques semaines, n’est ni celte ni latine mais est issue d’une base latine avec des mots et des expressions latines bien sûr et des ajouts celtes, wisigoths, gaulois ou parlers antérieurs. Elle couvre, nous l’avons dit, la quasi-totalité du sud de la France (*) avec des variantes de parlers dues aux influences notées plus haut. Ce fut la grande langue du moyen-âge écrite et utilisée par les « grands » de cette époque.

En plus de l’entendre encore dans nos rues, les noms de lieux respirent la langue d’oc : « Puech des oulhes » (Puy des brebis), Serieys (Cerisiers) et même Auvergne ou Alvergne (pays de l’aulne), etc…

Nous vous donnerons quelques clefs de lecture dans un prochain article.

(*) : Le catalan (langue officielle en Espagne !) est issu de la langue d’oc du moyen-âge, l’occitano-catalan. Si vous parlez l’occitan (votre parler cantalien) vous serez parfaitement compris en Catalogne et vice-versa.

La langue

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Culture | Articles récents

  • Augustine Figeac (1821- 1883)

    Augustine Figeac (1821- 1883)

    Une femme cantalienne oubliée, d'origine modeste née à Marmahac le 20 octobre 1821, elle fut à l'origine de la création des grand magasins du Printemps (Paris). Actrice de théatre, elle joue successivement, à Paris, au théâtre de la Renaissance (1839), à la Porte-Saint-Martin (dans l'unique représentation qui fit scandale du Vautrin de Balzac, 1840), au Gymnase,où elle interprète des comédies de Scribe. Elle se retire ensuite au couvent pendant près de deux ans, avant de réapparaître, sur la scène du Vaudeville, en 1845. Elle s'éclipse à nouveau pendant deux ans, en Pologne, revient au Vaudeville, puis au Gymnase où elle Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10