cp

  • 1

Créés par Colbert en 1665, les Haras royaux signent le début de l’intervention de l’Etat dans l’élevage du cheval en France. Ils sont supprimés en 1790, puis rétablis en 1795 et enfin, réorganisés sous le nom de Haras impériaux en 1806 par Napoléon Bonaparte, ils ont pris le nom de Haras nationaux en 1874. Il s'agit d'une des plus anciennes administrations françaises mais son avenir est plus que jamais incertain.

Haras national d'AurillacHaras national d'Aurillac (photo extraite de l'article Wikipedia)

La Révolution Française ayant confisqué de nombreux établissements religieux, le couvent de la Visitation de la rue des Carmes était vacant de toute occupation. Il fut transformé pour partie en caserne pour l’infanterie qui occupera la moitié des bâtiments jusqu’en 1922 puis pour l'autre partie en dépôt d’étalons impérial, autrement le Haras impérial ; les chevaux sont alors installés dans la chapelle qui sert ... d'écurie !  Cependant dès 1819, de véritables écuries pour 50 chevaux et des bâtiments annexes dont la sellerie pour les selles d'apparat sont construits, la chapelle est alors réutilisée comme manège.

haras chapelleChapelle du couvent devenue écurie puis manège (photo musée d'Aurillac)

Le dépôt d'Aurillac va accueillir jusqu’à 83 chevaux et participer à l’amélioration des races équines en Auvergne et au-delà puisqu’à cette époque, Aurillac concentre les activités d’élevage des départements du Cantal, de la Haute-Loire, du Lot et du Puy-de-Dôme.

A peu près à la même époque (1821), les premières courses hippiques sont organisées sur le tout nouveau hippodrome Georges du Breil, érigé avenue de Tronquières.

hippodrome 1821Hippodrome George du Breil (Aurillac)

De 1840 à 1875 environ, l’élevage des chevaux de sang connaîtra une récession temporaire au profit de l’élevage du mulet et du cheval de trait, puis viendra l’abandon progressif du cheval comme moyen de transport. Le dépôt d’étalons est peu à peu contraint à réviser son mode de fonctionnement d’autant que les installations de la rue des Carmes, difficiles d’accès en plein centre-ville, sont devenues inadaptées.

Après de nombreuses tergiversations et pour un euro symbolique, le conseil général du Cantal cède 14 hectares de terrain dont il est propriétaire aux Haras nationaux. Un haras neuf est ainsi construit en 1983 à proximité de l’hippodrome et de l’école d’équitation sur un domaine de 17 hectares donnant naissance à un pôle hippique d'une trentaine d’hectares à la sortie de l'agglomération en direction de Toulouse et Montauban, auquel est venu s’ajouter un poney-club. C’est ainsi que le haras d’Aurillac, devenu le plus moderne des 22 haras et stations de monte de France (avant 2010), peut poursuivre sa mission de reproduction des chevaux de sang, de sport et de trait. En effet, dans le Cantal, en plus de leurs troupeaux de bovins, les éleveurs possèdent couramment des chevaux qui leur permettent de mieux valoriser l’herbe des prés et même, parfois, de travailler dans les bois.

Grâce à son expérience dans le domaine de l’attelage, "le Haras national d’Aurillac s’inscrit dans une dynamique de formation des chevaux dit territoriaux"(*) ..."Son statut d’institut technique implique des missions d’accompagnement à l’innovation, et de soutien à la conception et à la mise en oeuvre de projets de développement de la filière".

De très nombreuses activités peuvent être pratiquées aux Haras Nationaux d’Aurillac :

  • En période estivale, l'office de tourisme d’Aurillac propose des visites guidées (se renseigner sur les conditions). Il est alors possible non seulement d’admirer les pensionnaires du haras - dans leur box, au paddock, attelés ou montés - mais aussi de découvrir les métiers en lien avec le cheval, du maréchal-ferrant à l'inséminateur, du meneur au manipulateur en échographie, du cavalier ou sellier, etc.
  • Des stages sont régulièrement proposés pendant les vacances scolaires (ateliers des arts du cirque, stages d'acrobatie à cheval/voltige, etc).

HN logo

En 2010, les Haras nationaux et le Cadre Noir de Saumur (école nationale d’équitation) fusionnent et donnent naissance à l’Institut Français du cheval et de l’équitation (IFCE), tandis que l’Etat annonce sa volonté de mettre un terme à l’activité de monte publique, trop coûteuse, qui prend fin en 2014.  Les effectifs du Haras national d’Aurillac passent de 26 salariés en 2010 à 6 en 2019 pour entretenir et gérer un site de 14 hectares !

HN carte FranceLes Haras nationaux de France

En 2016, L’IFCE (l’Etat) annonce son désengagement pour 2022, jusque-là, le Haras national d’Aurillac sera cogéré par le Conseil départemental et par l’Etat mais la question du devenir du Haras national d’Aurillac est très sérieusement posée à partir de cette date.

La conséquence immédiate de cette situation est que la filière équine est en plein déclin, ainsi les élevages cantaliens auraient diminué de 51 % ces dix dernières années (2009-2019) et les naissances – entre 2000 et 2017 - ont baissé de 44 %. Les espoirs de maintien de la filière sont désormais portés par l’AECC (Association des éleveurs et cavaliers du Cantal) qui souhaite « continuer à faire vivre le haras, et surtout profiter des infrastructures en place et qui ne méritent pas d’être abandonnée. Ce que nous proposons, c’est une solution à moindre coût pour le conseil départemental »

  • Haras_1
  • Haras_10
  • Haras_11
  • Haras_12
  • Haras_13
  • Haras_14
  • Haras_2
  • Haras_3
  • Haras_5
  • Haras_6
  • Haras_7
  • Haras_9

Enfin, bien loin de sa vocation première, le Haras national d'Aurillac est devenu l'un des acteurs majeurs de la lutte contre la Covid 19 hors milieu hospitalier le dès le mois d'avril 2020 avec la mise en place d'un drive de prélèvement Covid.

(*) très populaire auprès du public, le cheval territorial réalise diverses missions de service public pour le compte de la collectivité territoriale, il contribue au resserrement des liens entre les habitants et les services municipaux.

 DTF, janvier 2021

* * *

 

 

 

L'Agriculture

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4