cp

  • 1

Ce texte a été rédigé à la suite d'expositions présentées à Arpajon sur Cère par un collectionneur qui a amassé au fil des ans une quantité d'outils et d'objets utilisés jadis dans le monde rural. A partir de  photos prises lors de l'exposition et en dehors, ainsi que de documents qu'il a bien voulu nous confier, nous allons essayer, très modestement, de montrer la vie des paysans dans le CANTAL il y a un siècle et plus.

* * *

Les paysans représentent plus de 80% de la population, les artisans du bois, du cuir, de la pierre , du métal sont indispensables de même que les marchands ambulants. Tout se fabrique et se répare au village.

 "Grâce à l'économie, à la solidarité et au respect des traditions, les gens survivent aux rudes conditions climatiques de la montagne pour contourner les nombreux obstacles d'une existence quotidienne sans confort" J F. LEGAC réalisateur des expositions.

D'un bout à l'autre de l'année, les travaux à la ferme sont rythmés par les saisons et le temps et sont commandés par le bétail.

Les travaux saisonniers

Dès l'arrivée du printemps, la campagne renaît et le paysan s'active, une longue période de grande activité commence :

  • Le curage et le creusement des rigoles d'irrigation,
  • la taille des haies,
  • l'épierrage des sols permettant de bâtir des murs autour des parcelles,
  • l'épandage du fumier à la fourche,
  • les derniers labours pour semer blé, blé noir, chanvre, pommes de terre,
  • le bêchage du jardin potager, etc.

Début juillet la campagne respire l'odeur des foins :

outils coupe foin small outils faux rateaux fourches faucilles coffins small outils serpes serpettes small outils ase enclumette coffin pierre a faux small outils taille pre small
  • Pour faucher, un seul et unique outil, la faux qu'il faut manier avec dextérité et qui demande beaucoup de résistance physique ; les prés sont rarement plats et même parfois très pentus. Pour bien faucher il faut avoir une faux bien aiguisée, pour cela, le faucheur s'assoit à l'arrière d'une sorte de tabouret appelé l'ase et prépare minutieusement son outil de travail.
  • Le râteau, entièrement en bois sert à retourner et assembler le foin avant qu'il ne soit chargé à l'aide d'une fourche de bois à 3 dents sur un char.

C'est une tâche difficile mais c'est aussi tout un art que de bien charger le char qui sera tracté par un attelage de boeufs jusqu'à la grange. Le foin s'entasse naturellement dans le fenil formant une masse dure et pour le couper en hiver il faut utiliser un coupe-foin.

Après la fenaison vient le temps de la moisson du blé, du seigle, du blé noir qui s'effectue à la faucille.

  • Le battage se fait à la batteuse dans les grandes fermes ou au fléau dans les petites durant tout l'hiver. Le battage au fléau est tout un art, il se pratique à 2, 4, 6 ou 8 batteurs qui travaillent en cadence. Le grain est passé au ventadou pour le débarrasser de ses impuretés. Le jour de batteuse est jour de fête, généralement copieusement arrosé.
  • L'été se termine par la récolte du regain et par l'arrachage des pommes de terre à la houe.

L'automne est le temps des labours, les prairies deviennent de plus en plus maigres, bientôt les bêtes vont rentrer à l'étable mais le travail du paysan ne s'arrête pas pour autant. Il faut nourrir et traire les vaches matin et soir, les conduire à l'abreuvoir, les attacher à leur place respective, balayer et extraire le fumier à la brouette...

Pendant tout l'hiver, long et rude à cette époque dans le Cantal, se poursuit ce travail quotidien, mais il faut aussi couper le bois pour le chauffage, réparer ou fabriquer divers outils et mobilier, on fait aussi des paniers et autres objets utiles.

Tradition

  • 1
  • 2
  • 3

Culture | Articles récents

  • Augustine Figeac (1821- 1883)

    Augustine Figeac (1821- 1883)

    Une femme cantalienne oubliée, d'origine modeste née à Marmahac le 20 octobre 1821, elle fut à l'origine de la création des grand magasins du Printemps (Paris). Actrice de théatre, elle joue successivement, à Paris, au théâtre de la Renaissance (1839), à la Porte-Saint-Martin (dans l'unique représentation qui fit scandale du Vautrin de Balzac, 1840), au Gymnase,où elle interprète des comédies de Scribe. Elle se retire ensuite au couvent pendant près de deux ans, avant de réapparaître, sur la scène du Vaudeville, en 1845. Elle s'éclipse à nouveau pendant deux ans, en Pologne, revient au Vaudeville, puis au Gymnase où elle Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10