cp

  • 1

Bien avant les bouleversements climatiques actuels, il est un endroit du Cantal (le seul à ma connaissance) où l’on entendait chanter les cigales. Si vous montez à pied vers le village, vous aurez soudain la surprise de percevoir ces stridulations méditerranéennes. L’autre cigale, l’auvergnate, est dans tous les prés et les pâturages, je veux parler du grillon. C’est un vrai bonheur de l’entendre annoncer que le printemps est là. Mais la vraie cigale … c’est l’exotisme du sud. On s’attend à découvrir la méditerranée en arrivant au sommet de la côte. La vue est belle qui s’étend sans gêne dans toutes les directions. Mais la mer s’est retirée depuis des millénaires du bassin maursois. Les quelques maisons accrochées au rocher autour de l’église, de la mairie et de l’école permettent à de rares privilégiés de profiter de la beauté du lieu. Vous pouvez, vous aussi, découvrir ce sud extrême du Cantal (Jean-Claude Champeil).

montmuratMontmurat sur son éperon rocheux

Un bourg sur ce rocher d'environ 300 mètres sur 60, est cité pour la première en 936 et le château édifié sur cet éperon rocheux était le fief d'un certain Geraldus de Monte Mirato au XIe siècle. D'autres sources estiment que le nom de Montmurat provient de ses anciennes fortifications ; il exprimerait "mont muré".

Montmurat reste tourVestiges d'une nombreuses tours de Montmurat et vue sur les mots d'Aubrac et le Rouergue

Un dessin de 1707, visible dans l'église, le représente avec ses treize tours et sa place d'armes, de façon fantaisiste selon Pierre Moulier (Eglises romanes de Haute-Auvergne, II La région d'Aurillac, ed. CREER). Une quasi certitude cependant, la présence d'un ancien château féodal sur le rocher qui domine le bourg et fait face à l'église, même si, selon selon le Dictionnaire Statistique du Cantal, "il y avait déjà, en 1268, deux habitations féodales, le château-haut et le château-bas". Toujours selon cette même sources, "'un cachot profondément creusé dans le roc, au milieu des ténèbres, et d'où aucune voix humaine ne pouvait être entendue, se trouvait sous le château; on ne pouvait y pénétrer que par un boyau fermé de trois portes, dont l'une, qui existe encore dans les décombres, était en fer".

Montmurat dessin 1707

L'église Sainte-Marie, située à l'extrémité du rocher, probablement l'ancienne chapelle du château, est tout ce qu'il subsiste aujourd'hui de cet ensemble fortifié. Plusieurs fois remaniée au cours des siècles, elle est inscrite, dans sa totalité, aux Monuments Historiques depuis le 11 octobre 2004, sa fiche la décrit comme étant "caractéristique de la vague de reconstruction des églises après la guerre de Cent Ans". L'une de ses curiosités est le décalage du choeur roman par rapport à l'axe de la nef aux murs eux-même légèrement convergents. Difficile d'apprécier la voûte de la nef cachée derrière un très sommaire faux-plafond.

Montmurat egliseSte MarieMontmurat, église Ste-Marie Montmurat Ste Marie clocher 2Montmurat, clocher de Ste-Marie Montmurat Ste Marie nef 2Montmurat, nef de l'église Ste-Marie

En 1803, au Puech des Rosiers, on découvrit une grotte sépulcrale renfermant "un grand nombre de squelettes humains parfaitement conservés et entièrement pétrifiés. Ou y trouva plusieurs vases de terre cuite, des monnaies de la grandeur d'un liard; mais le tout fut brisé, pillé par des ignorants avides, plus occupés de leur butin que de l'art". (Dictionnaire statistique du Cantal).

Plus tard, en 1840, dix crânes furent découverts dans une autre grotte au lieu dit "plateau de garenne", les journaux de l'époque en firent ainsi ce récit glaçant : 

"La grotte de Montmurat a été faite par la main des hommes sous un dallage calcaire ... On y pénètre, en se courbant, par une petite entrée pratiquée entre deux bancs de rochers ; on ne peut passer qu'un par un ; la pente verticale, à l'entrée, est de 1,50 m. Puis, après avoir parcouru une longueur de 25 mètres, très proprement taillée, sur une hauteur de 1, 85 m. et une largeur de 2, 25 m, on pénètre dans le fond de la caverne, qui était spacieux ... La porte de la grotte avait été murée avec soin ...

Cette grotte fut découverte par hasard en creusant une carrière. Derrière son entrée, et sur les débris calcaires, furent découverts les ossements entassés vers l'ouverture. Le pêle-mêle de ces ossements se touchant, se croisant l'un dans l'autre, démontrait à l'évidence que les corps n'avaient point été symétriquement déposés ; au contraire, on voyait à l'inspection qu'ils s'étaient consumés assis ou accroupis sur eux-mêmes. La tête, loin d'être dans sa position normale, gisait vers le centre des débris de chaque individu. Ils devaient être dans la force de l'âge ; aucune dent ne manquait a leur mâchoire ; et, comme ces os s'étaient fortement pétrifiés, la fin de ces misérables devait remonter à une haute antiquité".

De nos jours, ne demeurent de ces temps troubles et troublés que la quiétude des lieux et la vue magnifique et imprenable sur les Monts d'Aubrac et le Rouergue d'un côté et les Monts du Cantal de l'autre.

Montmurat vue nord aveyronMontmurat, vue nord aveyron

Itinéraire :

De Maurs suivre la D 663 jusqu’à Saint-Constant. Prendre là la D 45 qui mène au village double, Saint-Santin/Saint-Santin-de-Maurs la commune aux deux églises, aux deux mairies, aux deux écoles mais à l'unique corbillard … cantalien, à cheval sur deux régions et deux académies. Montmurat est indiqué à trois ou quatre kilomètres de là.

Google : Latitude 48° 51’ 22’’ Longitude 2° 19’ 47’’

* * *



Les cités

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Territoire | Le patrimoine