cp

  • 1

Le 30 mars 2022 est sorti en salle le film Bruno Reidal, confession d'un meurtrier. Ce film, premier long-métrage du réalisateur Vincent Le Port, a été tourné essentiellement en Aveyron (Campouriez et Therondels), en Lozère ainsi que dans le Cantal (Jabrun) durant l’été et l’hiver 2019. Le casting a débuté dès l'été 2018 conduisant les équipes de Vincent Le Port de Pierrefort à Saint-Flour, d'Aurillac à Saint-Urcize. Le film a été présenté au Festival de Cannes 2021 en séance spéciale dans le cadre de La Semaine de la critique. 

brunoreidal film

Cette sortie est l'occasion d'un coup de projecteur sur le Cantal et plus particulièrement sur un terrible fait divers survenu le 1er septembre 1905, dans le bois de Biron, près de Raulhac.

Les faits :

Tandis qu'il est en vacances d'été chez sa mère, le 1er septembre 1905, Jean-Marie Bladier (Bruno Reidal dans le film), un jeune séminariste de 17 ans, assassine sauvagement le jeune Jean Raulhac âgé de 13 ans avant de se constituer prisonnier.

La victime, Jean Raulhac (1892-1905) était un jeune garçon de 13 ans dont l'acte de naissance, par un curieux tour du sort, fut enregistré le  5 mai  1888, par Jean-Pierre Bladier, père de l'assassin Jean-Marie Bladier et maire de Raulhac de 1888 jusqu'à son décès en 1896. Bien que certains auteurs nomment la victime Jean Raulnay, les actes officiels sont formels (voir ci-dessous).

Raulhac Jean acte Etat civilActe de naissance de la victime, Jean Raulhac, enregistré par le maire, Jean-Pierre Bladier, père de l'assassin. Raulhac Jean avis decesActe de décès de Jean Raulhac, à l'âge de 13 ans, ne portant curieusement pas la mention de sa mort violente.

L'assassin, Jean-Marie Bladier est incarcéré puis comparaît devant une assemblée de médecins qui l’interrogent sur son passé parmi lesquels le Professeur Alexandre Lacassagne (1843-1924), fondateur de l'anthropologie criminelle qui dirigea l'expertise médico-légale de Reidal en sa qualité de médecin-expert des Tribunaux civils de Lyon ; à la demande d'un trio de médecins aliénistes dirigé par Lacassagne, le jeune homme rédigea ses mémoires - pas moins de 9 cahiers – dans lesquelles il décrit ses pulsions mortifères et violentes, raconte ses souffrances - une mère violente, un abus sexuel dans l'enfance, la jouissance procurée par la masturbation ou encore son incapacité à communiquer - toutes choses l'ayant conduit à l'acte ultime, l'assassinat, sans raison apparente, suivi de la décapitation du jeune Raulnay.

bladier jean marieL'assassin Jean-Marie Bladier (Bruno Reidal).

En janvier 1906, un premier rapport d’expertise conclut à la responsabilité de Jean-Marie Bladier, lequel pourrait comparaître devant les assises de Saint-Flour, mais, finalement, Bladier est envoyé à Lyon au début de 1906. Lacassagne et ses collègues rédigent un rapport d’expertise, publié dans les Archives d’anthropologie criminelle, de criminologie et de psychologie normale et pathologique (p. 665-766), avec des noms d’emprunt (Bladier y est nommé « Reidal » d'où le titre du film). L’avis des experts demandant l’internement est suivi. Jean-Marie Bladier est interné à vie à l’asile d’aliénés d’Aurillac où il meut à l'âge de 30 ans.

Lacassagne Alexandre portraitProfesseur Alexandre Lacassagne rapport lacassagne ReidalRapport d'expertise de 1906

Si l'affaire n'était pas si dramatique, il aurait été amusant de constater la modification des noms afin de les anonymiser, parfois en utilisant le verlan, dans les rapports d'expertise de l'époque, ainsi Jean-Marie Bladier devient Bruno Reidal (Bladier à l'envers amputé du B), Aurillac devient Arlac, Raulhac devient Laurac et Saint-Flour devient Lour.

La relation des faits, hier et aujourd'hui :

Il est intéressant de prendre connaissance de la relation des faits dans la presse de l'époque.

petit journal1905 09 06Le Petit Journal

La description des faits par le correspondant du Petit Journal du 6 septembre est « si précise » qu'on pourrait croire qu'il a assisté à l'agression du jeune Raulnay, le résultat est là, le lecteur est plongé dans l'horreur de la scène :

  • « soudain Bladier bondit tel un fauve sur son petit camarade »,
  • « Raulhac (Raulnay) essaya vainement de se dégager de l'étreinte »
  • « mais la brute qui avait posé un genou sur sa poitrine le tenait bien en son pouvoir ».

D'autres journaux comme La Lanterne du 8 septembre 1905 se serviront de l'horreur des faits pour étayer leurs thèses anticléricales assenant qu'« il n'y a que le séminaire qui puisse former un monstre tel que l'assassin du petit Jean Raulhac » concédant tout de même qu'« il faut sans doute un terrain favorable pour que le vice germe et devienne à ce point florissant ».

Lanterne1905 09 08

Fac-similé de l'article ci-contre paru dans La Lanterne du 8 septembre 1905

Le crime dont nous rendons compte d'autre part, n'est pas de ceux que l'on relève souvent dans les fastes judiciaires. Il est horrible, monstrueux et contre nature ; il dépasse, dans ses terrifiants détails, tout ce que l'imagination peut inventer d'immonde.

A seize ans, Jean Bladier unissait la dépravation précoce de l'enfant vicieux à la crapulerie répugnante des vieux libertins. En cherchant dans le plus sale gibier des maisons de correction, dans la lie des grandes villes, on ne saurait trouver une imagination aussi étrangement pervertie. Cet éphèbe n'a pas seulement l'idée du crime passionnel le plus abject, il a aussi l'étonnant courage de la réalisation ; il tranche le cou de sa malheureuse victime pour se procurer un spasme, que le marquis de Sade, lui-même, ne rêva qu'après la totale déchéance de son esprit.

Il n'est évidemment pas admissible que le mal puisse ainsi naître et se développer dans un cerveau d'adolescent jusqu'à ces effroyables excès ; il faut sans doute un terrain favorable pour que le vice germe et devienne à ce point florissant. Il faut qu'un individu soit déprimé savamment, pour que l'on constate en lui ces extraordinaires déformations du désir. Il faut qu'il ait été mis à une école spéciale. Le séminaire est l'école des monstres ; le drame extraordinaire qui a ému toute la région du Cantal en est une nouvelle preuve.

D'ailleurs, les interrogatoires que l'on a fait subir au jeune érotomane sont d'une précision qui ne laisse aucun doute. Jean Bladier confesse qu'il a voulu "se procurer une jouissance infinie en voyant couler du sang". Il avoue ses rêves lubriques, et lorsqu'on lui demande depuis quand il est sujet à ces hallucinations vicieuses, à ces désirs extravagants, il répond  "depuis que je suis au séminaire. J'y ai tout appris".

Quelle admirable riposte à tous ceux qui osent encore vanter l'enseignement des prêtres, leur morale et leurs exemples ! Il n'y avait que le séminaire qui puisse former un monstre tel que l'assassin du petit Jean Raulhac (NDLR : Raulnay) et ce meurtrier fait cet aveu : c'est au séminaire qu'il s'est instruit dans le vice et c'est au séminaire qu'il a rêvé son abominable assassinat.

Tant pis pour ceux qui oseront encore défendre les répugnantes boutiques cléricales ; le dossier des éducateurs ensoutanés s'est enrichi d'une pièce nouvelle - décisive, sanglante, ignoble.

Plus près de nous, outre le film de Vincent Le port, Bruno Reidal, confession d'un meurtrier et la publication du texte intégral du rapport médico-légal rédigé par le Professeur Lacassagne, L'affaire Bruno Reidal : enquête sur un cas de folie meurtrière chez un adolescent, paru en 2022 (Editions Capricci), on pourra s'intéresser à l'ouvrage de l'historien Philippe Artières, Un séminariste assassin, l'affaire Bladier paru en 2020 (CNRS Editions).

* * *

Arts visuels

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5